« Les exploitants reconnaissent quelques comportements dangereux. Près de la moitié d’entre eux (44 %) reconnaît rouler avec une mauvaise visibilité de la route et des autres usagers. Ils sont aussi près d’un tiers à indiquer qu’il leur arrive de rouler avec un véhicule surchargé ou d’utiliser leur téléphone en conduisant. »

Une étude Ifop sur le risque routier chez les agriculteurs, publiée en Mai 2021 par Assurance Prévention, révèle qu’un agriculteur sur dix déclare avoir déjà été impliqué dans un accident de la route au volant d’un véhicule dédié aux tâches agricoles. Huit agriculteurs sur dix estiment que la cohabitation avec les autres usagers se passe bien.

Toutefois, le risque routier n’est pas anodin pour les agriculteurs et les autres usagers de la route. Selon des chiffres de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 201 personnes sont décédées (dont 44 dans le tracteur) et 1073 ont été blessées dans les 984 accidents ayant impliqué un tracteur agricole, sur une période de cinq ans entre 2013 et 2017.

Il est vrai que les agriculteurs passent en moyenne, dix heures par semaine (plus de douze heures pour un quart d’entre eux) sur la route. Au cours des dix dernières années, cette tendance est restée relativement stable pour 68 % des agriculteurs, mais en hausse pour 23 %. Sans surprise, c’est pendant l’été qu’ils circulent le plus, mais tout au long de l’année, les occasions ne manquent pas pour faire usage des véhicules agricoles : labours, semailles, moissons, vendanges… rendant parfois délicat le partage de la route.

Si huit agriculteurs sur dix estiment que la cohabitation avec les autres usagers se passe bien, 62 % d’entre eux considèrent que ces derniers ne sont pas toujours attentifs. Au volant de leurs engins agricoles, les exploitants reconnaissent malgré tout quelques comportements dangereux. Près de la moitié d’entre eux (44 %) reconnaît rouler avec une mauvaise visibilité de la route et des autres usagers. Ils sont aussi près d’un tiers à indiquer qu’il leur arrive de rouler avec un véhicule surchargé ou d’utiliser leur téléphone en conduisant.

Retrouvez cet article dans le numéro 439 de la revue d’information et d’analyse PREVENSCOPE : «La Prévention des Risques en Entreprise »