Le télétravail plébiscité par les salariés français

Selon une récente étude réalisée par Malakoff Médéric Humanis, 29 % des salariés français déclarent télétravailler et 56 % aimeraient le faire.

Largement plébiscité, le travail à distance est toutefois porteur de risques spécifiques qu’il s‘agit de prévenir pour qu’il produise tous ses effets positifs sur le bien-être et la performance des travailleurs.

Preuve que le télétravail n’est plus une solution informelle mais un véritable choix organisationnel plébiscité aussi bien par les salariés que par les entreprises, le télétravail contractuel aurait enregistré une hausse de 50 % par rapport à 2017.

Gagner en souplesse et en autonomie

Pour les 29 % de salariés du privé concernés, le télétravail est d’abord un moyen de gagner en souplesse d’organisation. Parmi les raisons qui les ont poussés à le pratiquer, 54 % des télétravailleurs citent“la réduction du temps de trajet” et 36 % “la souplesse des horaires”. Leurs attentes semblent ne pas avoir été déçues. Près de 8 télétravailleurs sur 10 en sont satisfaits. Et chez les managers qui encadrent des télétravailleurs, ils sont à 83 % à être favorables au télétravail.

Des salariés plus performants

Signe d’un changement profond des mentalités, le temps où les entreprises redoutaient que les travailleurs à distance soient moins impliqués que ceux placés sous le regard de leurs supérieurs semble révolu. En effet si 9 télétravailleurs sur 10 estiment gagner en efficacité dans leur travail, ce point de vue est partagé par une large majorité des dirigeants. Désormais, 79 % d’entre eux estiment que le télétravail permet un engagement accru et une plus grande productivité des équipes.

De meilleures conditions de travail

Télétravailleurs, managers et dirigeants s’accordent également sur les bénéfices qu’apporteraient le télétravail en termes de bien-être professionnel. Ainsi, quelque 85% des salariés estiment que le télétravail permet de “trouver un meilleur équilibre entre vie pro et perso”, tandis que 92% des dirigeants y voient un moyen d’améliorer la qualité de vie au travail de leurs salariés.

Des risques spécifiques identifiés

Toutefois, salariés et dirigeants sont conscients que le télétravail est aussi porteur de risques spécifiques. Pour 60% des salariés, le télétravail favorise “l’empiétement de la vie pro sur la vie perso”, si bien que 51 % d’entre eux pointent “un risque d’addiction au travail” entraîné par la confusion des lieux de vie et de travail. 42% des salariés citent un “risque de mauvaises postures” en raison d’un équipement déficient de leur espace de travail. Mais c’est le risque d’isolement social qui inquiète le plus les salariés (54 %) et les dirigeants (42 %).

Formaliser la prévention des risques

Pour que le télétravail tienne ses promesses, les experts recommandent qu’il fasse l’objet d’une mise en place formalisée intégrant l’évaluation et la prévention des risques. C’est du reste une obligation légale, le document unique d’évaluation des risques (DUER) devant évoquer la situation des télétravailleurs.

Pour aller plus loin : “Télétravail, une pratique en hausse à accompagner”, étude librement consultable sur www.lecomptoirmm.com