Le salarié compétent en prévention des risques professionnels

Un acteur encore mal connu de la santé et la sécurité au travail

La loi du 20 juillet 2011 réformant la médecine du travail a prévu que “l’employeur désigne un ou plusieurs salariés compétents pour s’occuper des activités de protection et de prévention des risques professionnels”. Toutefois, conscient que les entreprises ne disposaient pas nécessairement des compétences disponibles en interne, le législateur permet aussi à l’entreprise de recourir à un prestataire externe, sous réserve que celui-ci dispose d’une habilitation “intervenant en prévention des risques professionnels” (IPRP). Voici quelques précisions quant à cette obligation trop souvent méconnue des employeurs.

Quelles entreprises sont concernées ?

La Circulaire DGT n°13 du 9 novembre 2012 relative à la mise en œuvre de la réforme de la médecine du travail précise que l’obligation de désigner un salarié compétent en matière de prévention des risques professionnels “concerne toutes les entreprises, quelle que soit leur taille et les modalités retenues par l’employeur pour assurer le suivi de la santé de ses salariés”.

Qui désigne le salarié compétent ?

C’est l’employeur qui désigne le ou les salariés compétents. L’article R. 4644-1 du Code du Travail précise toutefois que ces personnes sont désignées après avis du CHSCT ou, à défaut, des délégués du personnel. Il faut aussi souligner que, selon la circulaire de la DGT, l’information donnée au CHSCT doit aller au-delà du seul nom de la personne choisie. En effet, “l’employeur doit donner des précisions sur sa compétence dans le domaine de la prévention de risques professionnels, en indiquant notamment ses diplômes et son expérience professionnelle, et sur les missions qui lui sont confiées”. Toutefois, l’employeur n’est pas tenu par l’avis du CHSCT.

Faut-il formaliser la désignation par un nouveau contrat de travail ?

Comme le précise le site actu-environnement.com, “dans le cas d’un recrutement, un contrat de travail écrit peut apporter toutes précisions sur les activités confiées et les modalités d’exercice de la mission. S’il s’agit d’une personne déjà présente dans l’entreprise, un avenant à son contrat de travail peut mentionner ces éléments.” Mais, la direction générale du travail met en garde : “la signature d’un tel avenant ne peut être imposée au salarié s’il s’agit de l’attribution de tâches nouvelles modifiant la nature de ses fonctions”. Dans ce cas, il convient en effet de procéder à une modification du contrat de travail.

Quelle doit être la formation du salarié compétent ?

S’agissant des salariés de l’entreprise, aucun diplôme n’est exigé. Toutefois, la circulaire souligne qu’ils doivent disposer “des compétences nécessaires”. Si bien que les salariés désignés peuvent demander à suivre une formation en prévention des risques similaire à celles dont bénéficient les membres du CHSCT. Bien entendu, le coût de cette formation est à la charge de l’employeur.

Le salarié désigné devient-il responsable en matière de sécurité ?

La DGT ne laisse planer aucun doute : “La désignation d’une personne compétente pour s’occuper des activités de protection et de prévention des risques professionnels n’a pas pour effet de transférer la responsabilité de l’employeur dans le domaine de la santé et de la sécurité à cette personne”. L’obligation de sécurité de résultat incombe toujours à l’employeur.

Quelles sont les conditions posées pour faire appel à un IPRP externe ?

Faute de pouvoir désigner un salarié parmi son personnel, l’employeur peut faire appel à l’intervenant en prévention des risques professionnels de son choix, même s’il est tenu de consulter préalablement, le CHSCT ou, à défaut, le délégué du personnel. Et même si l’avis de ces derniers n’est pas contraignant, mieux vaut toutefois engager cette démarche dans un esprit de bonne coopération.

Une alternative à la désignation d’un salarié compétent: la Convention IPRP “Accompagnement Prévention”

Désigner un salarié compétent en matière de prévention se révèle souvent délicat. C’est pourquoi, Point Org Sécurité propose une Convention Accompagnement Prévention permettant de recourir au service d’un IPRP habilité se substituant au salarié désigné.

  • Il organisera la mise en place et le suivi du programme d’actions de prévention défini à l’occasion de la réalisation ou de l’actualisation de votre document unique d’évaluation des risques professionnels. l
  • Il sera votre partenaire en matière de prévention.
  • Il vous informera sur vos obligations en matière de prévention des risques et de pénibilité et en vous soumettra les solutions qu’il juge pertinentes.
  • Il fera des propositions: projets de documents internes (consignes, notices, notes de service…) ou externes, d’actions de sensibilisation ou de formation, d’études, de diagnostics, de vérifications, sans oublier des propositions d’équipements de protection collective ou individuelle etc.

Pour aller plus loin : INRS : le salarié compétent

Accompagnement Prévention – Point Org Sécurité