Preuves du fort impact de l’organisation du travail sur la qualité de la prévention

Une étude du ministère du Travail établit que “l’utilisation adéquate des équipements ou le respect des consignes de sécurité sont rendus plus difficiles quand l’activité de travail est soumise à des rythmes très intenses et à des changements trop rapides”.

En 2013, “86 % des salariés ont été concernés dans un passé récent par une action de sensibilisation aux enjeux de la santé et de la sécurité au travail”, rapportent les auteurs d’une étude visant à déterminer si les salariés utilisent réellement les outils de prévention des risques professionnels prévus par leur entreprise(1). En effet, comme ils le précisent, l’édiction de règles de sécurité ou la mise à disposition d’équipements de protection ne préjuge pas qu’ils soient véritablement respectés ou utilisés.

Des consignes pas toujours respectées

Ainsi, parmi les salariés les plus exposés à au moins quatre risques professionnels – comme, par exemple les fumées ou les poussières, les produits toxiques, le bruit, les postures pénibles ou les vibrations -, 19 % disent “ne pas toujours pouvoir respecter les consignes de sécurité”. Si bien que, malgré les consignes écrites, la prévention réelle se révèle “déficiente”.

La prévention, question managériale

Pour expliquer ce décalage entre les prescriptions et la pratique, les auteurs pointent l’impact de l’organisation du travail. En effet, “les salariés dont le rythme de travail est déterminé par au moins trois contraintes ont une probabilité bien plus forte (+ 45 %) d’indiquer une prévention déficiente, tout comme ceux qui disent être soumis à des ‘ordres contradictoires’ (+ 38 %), ou vivre ‘des changements trop rapides et mal préparés’ (+ 30 %)”. Cette étude vient confirmer que nonobstant son caractère souvent technique, la prévention des risques doit être envisagée de façon globale et transversale. D’où la nécessité de la piloter avec un outil panoptique tel que le document unique d’évaluation des risques.

(1) “Les salariés utilisent-ils les outils de prévention des risques professionnels ?”, Dares Analyses, n° 28, juin 2019, librement consultable sur : www.dares.travail-emploi.gouv.fr.