L’analyse prévisionnelle du risque terroriste

fouleDepuis 200, Point Org Sécurité met en œuvre, au service de ses clients, une méthode d’analyse prévisionnelle du risque terroriste. Cet outil éprouvé était jusqu’ici réservé aux entreprises et institutions particulièrement exposées à ce risque en raison de leur secteur d’activité ou de leur implantation géographique. Le risque terroriste prenant aujourd’hui une acuité sans précédent, nous avons décidé de mettre cette méthode à disposition de toutes les entreprises qui souhaitent analyser leur vulnérabilité à cette forme paroxystique de malveillance. Lire la suite

Incivilités au travail

eleasun risque professionnel souvent sous-estimé.

Un colloque et une enquête soulignent que les incivilités au travail représentent un véritable risque professionnel que les entreprises doivent évaluer et prévenir pour préserver la santé de leur salariés et maintenir leur performance.

« La multiplication des incivilités au travail constitue une préoccupation croissante des entreprises, des administrations et des collectivités, tous secteurs confondus », ont souligné Xavier Alas Luquetas, président-fondateur du cabinet de conseil en management Eléas et Jean-Frédéric Poisson, député des Yvelines, lors du colloque qu’ils ont consacré à ce phénomène, en partenariat avec l’Association nationale des DRH (ANDRH) (1). Lire la suite

92 % des entreprises procédant à l’évaluation des risques professionnels jugent la démarche utile

ouvrier OK2Qui croit encore que l’évaluation des risques représente seulement une contrainte administrative de plus ? En tout cas, pas les entreprises qui s’y sont essayées ! Selon l’enquête européenne Essener-2, visant à examiner la façon dont les risques liés à la sécurité et la santé sont gérés sur les lieux de travail européens, pas moins de 92,4 % des entreprises françaises qui procèdent régulièrement à une évaluation des risques professionnels affirment que « cette démarche est utile à la gestion de la santé et de la sécurité ». Lire la suite

Quels bureaux pour favoriser le bien-être au travail ? Le baromètre Actineo.

Bueaux2Les 6 enseignements du baromètre Actineo sur la qualité de vie au bureau

À quelques jours de l’ouverture du salon de l’immobilier d’entreprise de Paris, l’Observatoire Actineo a présenté les résultats de son baromètre 2015 dédié à la qualité de vie au bureau. Ils soulignent combien l’environnement de travail peut contribuer au bien-être et même à la santé des employés. Voici les principaux enseignements de cette vaste enquête réalisée en partenariat avec l’institut CSA.

 

1. La France résiste aux open space

L’open space, à savoir un espace collectif ouvert d’au moins 4 personnes ne perce pas en France : seuls 18 % des actifs déclarent travailler dans ce type d’espace, dont 11 % dans un bureau de 4 à 9 personnes », relate Actineo. Aujourd’hui, en France, 73 % des actifs travaillent en bureau fermé, qu’ils soient seuls ou à plusieurs. Ils sont 39 % à travailler en bureau collectif dont 33 % en bureau de 2 à 4 personnes. Le bureau individuel résiste aussi : 34 % des salariés en disposent encore. Fait significatif : même au sein des entreprises de plus de 250 salariés, seuls 6 % des actifs travaillent en open space de plus de 20 personnes. Pour Actineo, « le bureau fermé collectif reste donc solidement ancré dans notre pays, sans doute parce qu’il s’adapte bien à la manière de travailler des actifs français : 57 % déclarent en effet travailler en équipe, en 2015. » Lire la suite

Panneaux de signalisation de santé et de sécurité au travail.

PanneauxUne brochure de l’INRS permet de s’assurer qu’ils sont bien connus de tous.

Tous les lieux de travail disposent nécessairement de panneaux de signalisation relatifs à la santé et à la sécurité au travail.

Plus de 70 panneaux

En effet, comme le précise l’INRS, « la signalisation de santé et de sécurité est mise en œuvre toutes les fois que sur un lieu de travail un risque ne peut pas être évité ou prévenu par l’existence d’une protection collective ou par l’organisation du travail, sans préjudice des obligations de signalisation en matière d’évacuation, de premiers secours, de lutte contre l’incendie, de substances et préparations dangereuses et de certains équipements spécifiques ». En tout, cela fait quand même plus de 70 panneaux destinés à faire passer un message aux travailleurs et aux visiteurs présents dans l’entreprise. « La signalisation vise aussi bien à avertir d’une obligation, d’une interdiction ou d’un risque de danger qu’à permettre d’identifier le matériel et l’équipement de lutte contre l’incendie, les issues de secours, les équipements et les lieux de sauvetage et de secours. » Lire la suite