Les salariés heureux font les entreprises performantes

A l’occasion du confinement, de nombreux salariés français se sont livrés à un exercice d’introspection portant notamment sur leur travail : quelle place occupe-t-il dans ma vie ? Répond-il à mes attentes ? Ne feraije pas mieux de lever le pied, de changer de métier ou d’employeur ?

Après un ouvrage consacré, en 2014, à l’Economie du bonheur, Claudia Sénik, professeur à l’université Paris-Sorbonne et à l’École d’économie de Paris, revient avec un essai vantant les ressorts et les bienfaits du bien-être professionnel.

Une question managériale

Dans ce contexte, le sujet du bien-être professionnel va nécessairement prendre une nouvelle importance pour les entreprises désireuses  de  disposer  de  salariés  fidèles  et engagés. Raison de plus pour se plonger dans l’ouvrage que lui consacre Claudia Sénik.

Codirectrice de l’Observatoire du bien-être, l’auteur y démontre, données à l’appui, que le bonheur au travail des salariés contribue de  façon  significative  à  la  performance  des entreprises.

Les vrais ressorts du bien-être au travail

Mais pour atteindre ce Graal, encore faut-il en comprendre ses ressorts ? À l’issue de la lecture, on comprend que ce n’est pas aussi mystérieux qu’on ne l’imagine parfois. En effet, sans surprise, le bien-être est notamment dopé par la confiance entre collègues et dans la hiérarchie, par l’autonomie et l’espoir de promotion. En revanche, de façon symétrique, il décline avec la pénibilité, l’exposition aux risques professionnels et les horaires atypiques.

Pas de bonheur sans prévention des risques professionnels Lire la suite

Faire de la crise surmontée une occasion de progrès


François Sidos

François SIDOS, président de Pôle Prévention

Chers clients, partenaires et lecteurs,

Dans un entretien accordé voici quelques semaines au  Figaro, l’économiste François Lenglet pronostiquait que l’après-crise pourrait donner lieu à “un gigantesque mouvement de productivité, quand les entreprises auront réalisé qu’elles peuvent produire autant avec moins. Grâce aux technologies, grâce à une meilleure organisation. La nécessité brutale dans laquelle nous plonge l’épidémie les fait réfléchir comme elles n’ont jamais le temps de le faire, sur leurs processus de production, sur l’efficacité, sur ce qui est important et ce qui ne l’est pas.”

Il est vrai que la crise a exigé des entreprises et de leurs membres des trésors d’ingéniosité pour maintenir l’activité voire la réinventer. Il y a eu, durant ces mois difficiles, de formidables élans de créativité professionnelle : les routines les plus ancrées et les process les plus rigides se sont évanouis pour laisser la place à de nouvelles façons de faire, de produire et de travailler. Souvent ce qui paraissait hier impossible est devenu réalité. Lire la suite

Réussir sa reprise d’activité en protégeant la santé de ses salariés.

Depuis quelques jours, la France a entamé le processus de levée du confinement qui va permettre à des centaines de milliers de travailleurs de retrouver progressivement leur poste de travail…

Pour les employeurs, ce moment tant attendu représente toutefois un nouveau défi. Il leur faut en effet définir de nouvelles règles permettant un fonctionnement optimal de l’entreprise tout en assurant la préservation de la santé et la sécurité de leurs salariés alors que le risque de contamination par la Covid-19 reste d’actualité. Autant dire que, dans un tel contexte, la reprise d’activité ne s’improvise pas ! Voici quelques repères permettant d’assurer sa réussite dans le respect des obligations légales.

L’élaboration du plan de reprise d’activité repose d’abord sur une évaluation rigoureuse des risques prenant en compte la situation nouvelle induite par la maladie Covid-19. “Responsable  de  la  santé  et  de la  sécurité  de  ses  salariés, l’employeur  doit mettre  en  œuvre, pour  l’élaboration  de  son plan  de  reprise, une  démarche  d’évaluation et de prévention des risques pour éviter qu’un salarié malade contamine ses collègues ou que les salariés de l’entreprise soient contaminés dans  l’exercice  de  leurs  fonctions”,  précise l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS).

Priorité aux mesures collectives

Une fois les risques évalués, il s’agit bien évidemment d’élaborer les mesures de toutes natures qui permettront de les prévenir. Le Protocole national de déconfinement pour les  entreprises  souligne  que  les “mesures collectives” doivent être préférées aux me- sures individuelles. Et de préciser qu’elles “comprennent en premier lieu le télétravail, de nature à éviter le risque en supprimant les circonstances d’exposition, et qui doit être la règle chaque fois qu’il peut être mis en œuvre”. Lire la suite

La prévention des risques, gage d’une reprise d’activité réussie


François Sidos

François SIDOS, président de Pôle Prévention

Chers clients, partenaires et lecteurs,

Voici venu le moment tant attendu du déconfinement ! Pour les entreprises, il s’agit bien sûr d’un soulagement mais aussi d’un nouveau défi. En effet, il revient maintenant aux employeurs d’établir de nouvelles règles de fonctionnement permettant la reprise de l’activité sans exposer les salariés au risque de contamination par le Covid-19. À cette fin, le ministère du Travail a édité un Protocole national de déconfinement des entreprises établissant un certain nombre de préconisations relatives au contexte sanitaire.

Toutefois, les obligations des employeurs ne se résument nullement au respect de ces seules instructions. En effet, il leur est demandé d’adopter une approche plus globale plaçant l’évaluation et la prévention des risques au cœur du processus de reprise d’activité. Lire la suite