“Les situations de fragilité des salariés” – Une étude du Comptoir Malakoff-Médéric de la nouvelle entreprise

“Stress, pression, divorce, parent à charge, maladies graves et risques psychosociaux, handicap…

le monde de l’entreprise est loin d’être à l’abri des fragilités de ses collaborateurs”, diagnostique une récente étude réalisée par l’institut Harris Interactive pour le Comptoir MalakoffMédéric de la nouvelle entreprise.

56 % des salariés concernés

Selon les données recueillies, 56 % des salariés sont concernés. 37 % d’entre eux vivent au moins une fragilité d’origine personnelle comme “des difficultés financières”(14 %), “un rôle d’aidant”(9 %) ou “une maladie grave” (8 %), tandis que 38 % vivent une fragilité d’origine professionnelle comme “des conditions de travail éprouvantes physiquement ou psychiquement” (23 %), “un sentiment de perte de sens au travail”(23 %) ou encore “des difficultés à concilier vie professionnelle et vie privée”.

Des dirigeants conscients et engagés

Les employeurs sont bien conscients du phénomène : “91% de dirigeants d’entreprise déclarent employer au moins un salarié dans une telle situation et 91 % de dirigeants d’entreprise déclarent employer au moins un salarié dans une telle situation”. Lire la suite

Exposition au soleil : un risque trop souvent négligé, notamment au travail

 Quelque 80.000 cancers de la peau sont recensés chaque année en France.

Or, comme le révèle le Baromètre cancer 2015, publié début juillet par Santé publique France et l’Institut national du cancer, les gestes de prévention solaire sont encore trop peu appliqués, notamment au travail.

“Les risques solaires ne concernent pas uniquement les vacanciers !”, martèle Santé publique France. En effet, l’étude a fait apparaître que nombre de Français se protègent du soleil lorsqu’ils partent en vacances, mais se montrent beaucoup moins rigoureux dans leur vie quotidienne. Or, comme le rappellent les experts, le soleil, lui, ne prend pas de vacances : “L’exposition au soleil ne se limite pas aux lieux de vacances, elle peut se faire aussi dans son jardin, lors des activités de plein air, en milieu scolaire mais également au travail”.20 % des travailleurs très exposés

Pour la première fois, le Baromètre Cancer s’est donc intéressé à l’exposition solaire en milieu professionnel, mettant en évidence que :

➤ Plus d’un actif occupé sur cinq déclare devoir travailler souvent ou systématiquement au soleil.

➤ 54 % des actifs exposés au soleil lors de leur travail peuvent se mettre à l’ombre lors d’une journée ensoleillée et 37 % peuvent éviter d’être au soleil entre 12 heures et 16 heures. Lire la suite

Hausse continue des arrêts de travail depuis 2014

Après une hausse de 3,7 % en 2015, 4,6 %en 2016, les dépenses d’indemnités journalières ont encore augmenté de 4,4 % en 2017, pour atteindre 10,3 milliards d’euros.

Or, comme le précise l’Assurance-maladie, cette tendance s’accélère encore en 2018 : de janvier à mai, les versements d’indemnités journalières sont en hausse de 5,7 %. Comme le relève Le Figaro, cette dynamique “est en partie liée à la réforme des retraites de 2010, qui a fait reculer progressivement l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans”. En effet, “la probabilité d’être en arrêt, et la durée moyenne d’un arrêt, croît en effet avec l’âge: la durée moyenne d’un arrêt indemnisé est de 76 jours pour les 60 ans et plus, contre 52 jours pour les 55-59 ans, et 35 jours pour l’ensemble de la population en 2016. Résultat, la part des personnes âgées d’au moins 60 ans dans le montant total a crû de 3 points entre 2010 (4,8 %) et 2016 (7,9 %)”.

La réduction du nombre d’indemnités journalières constitue dès à présent un enjeu économique et financier colossal. Rien que pour le mois de mai 2018, elles représentent une dépense de 904 millions d’euros qui pèse sur la performance économique française. Pour les experts, ces chiffres confirment que la prévention des risques professionnels et l’amélioration des conditions de travail représentent des enjeux majeurs dans un contexte de vieillissement de la population active.

Le plaisir au travail – Du savoir-faire à l’aimer-faire

“Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie”, conseille une maxime attribuée à Confucius.

C’est également ce que propose Francis Boyer, expert en management et ressources humaines dans son dernier ouvrage. Avec une nuance : plutôt que d’y voir une démarche personnelle des travailleurs, il suggère d’en faire une politique managériale portée par les dirigeants.

Son ouvrage part d’un constat : concilier performance et épanouissement devient un enjeu majeur pour les entreprises et confier un travail qui procure du plaisir, la clef de voûte. Mais, si les managers sont conscients de ce que leurs collaborateurs savent faire, ils ignorent souvent ce qu’ils aiment ou aimeraient faire. D’où des choix inefficaces. “Suffit-il de motiver une personne pour qu’elle aime son travail ?

Pensez-vous sincèrement qu’un baby-foot ou des séances de massage soient les solutions ?”, s’amuse l’auteur.

Plutôt que ces gadgets, Francis Boyer prône une nouvelle approche managériale. Au traditionnel “management par les compétences”, il propose d’adjoindre un “management par les appétences”. Une solution qui, au-delà des éventuelles difficultés de mise en œuvre, a l’immense mérite de rappeler que le véritable bonheur au travail ne peut résider que dans le travail lui-même, celui que, nous professionnels de la prévention des risques, appelons “le travail réel”.

Par Francis Boyer, Éditions Eyrolles, juin 2018, 192 p., 24 €.

Les 10 traits distinctifs des travailleurs sans accidents

Depuis toujours, la sensibilisation aux risques professionnels a recouru à des témoignages de travailleurs accidentés avec l’espoir que ces récits incitent à mieux respecter les consignes de sécurité.

C’est un parti pris inverse qu’a pris David L. Walline.

Comme le relate la revue canadienne Prévention au travail, pendant plusieurs années, ce professionnel américain de la prévention des risques a recueilli les témoignages de salariés ayant réussi à se prémunir de tout accident à l’issue de 20, 30 ou 40 ans d’activité professionnelle. De la sorte, il est parvenu à établir que ces salariés se distinguaient par une dizaine de caractéristiques contribuant à les protéger et qu’il conviendrait de promouvoir. Afin de faciliter cette sensibilisation par l’exemplarité, nous vous les présentons ici assortis de brefs commentaires recueillis auprès des intervenants de Point Org Sécurité.

  1. Anticipation et prévention. Ces travailleurs planifient leur travail pour l’exécuter en toute sécurité. Pas question d’improviser !  Ils prennent le temps, y compris celui de vérifier l’état de l’équipement et des machines. Ils ne se pressent pas, même quand d’autres le leur demandent. Certains d’entre eux appellent cela “travailler intelligemment”. Lire la suite