Prévenir les risques liés à l’usage professionnel des gyropodes

Un certain nombre de mesures doivent être prises pour assurer la sécurité de l’utilisateur et de ses collègues.

Fréquents sur les trottoirs des villes où ils concurrencent rollers et trottinettes auprès des citadins friands de nouvelles formes de mobilité, les gyropodes ont également fait une entrée remarquée dans le monde du travail, notamment dans le secteur de la logistique. Or, comme le souligne une récente note technique de l’INRS, les gyropodes sont également porteurs de risque qu’il convient de prévenir pour en tirer le meilleur parti.

On reçoit de plus en plus de demandes d’assistances relatives à l’utilisation de gyropodes en entreprise”, confie Laurent Kerangueven, ergonome à l’INRS. En effet, cet engin est parfaitement adapté pour soulager les travailleurs ayant à effectuer des déplacements longs ou fréquents dans des sites étendus tels que les usines, les gares et bien sûr les entrepôts logistiques. Toutefois, recourir au gyropode implique de maîtriser les risques professionnels qu’il implique aussi bien pour ses utilisateurs que pour les autres salariés.

Principaux risques identifiés par l’INRS Lire la suite

Risques psychosociaux : les agents de la fonction publique en première ligne

Contrairement à une idée reçue, les risques psychosociaux ne sont nullement l’apanage d’un secteur marchand soumis aux dures lois de la concurrence.

Selon une récente étude du ministère de l’Action et des Comptes publics, les agents publics y seraient même davantage exposés que les salariés du privé.

Des agents publics plus exposés que les salariés du privé

Selon les différents employeurs de la fonction publique, 56,3 % des agents publics travaillent dans des établissements dans lesquels au moins 10 % des salariés sont exposés par “la nécessité de travailler dans l’urgence”, ce qui n’est le cas pour 30,4 % des salariés du secteur marchand et associatif. Or ce décalage se vérifie dans la quasi-totalité des facteurs de mal-être psychique au travail comme le “sentiment de ne pas pouvoir faire un travail de qualité”(46,6 % contre 16,6 %) ou une “charge de travail trop importante”(43,7 % contre 18,4 %). De même, les tensions inhérentes à la vie professionnelle semblent plus vives dans la fonction publique. C’est vrai des “tensions avec le public” (41,3 % contre 18,1) mais aussi des “tensions avec la hiérarchie” (26,5 % contre 8,6 %) et des “tensions entre collègues”(33,8 % contre 10 %). Si bien que “la seule exception porte sur la crainte du chômage” qui ne concerne pas les agents titulaires de la fonction publique.

Une prévention des RPS encore trop peu formalisée Lire la suite

Le travail en mouvement

Chacun en est maintenant persuadé : nous ne travaillerons pas demain comme nous le faisions hier. Pour saisir la vaste mutation qui saisit le travail sous l’effet conjugué de la révolution numérique, des expérimentations managériales et de la mutation des attentes sociales, cet ouvrage rassemble les contributions d’une cinquantaine de contributeurs : chercheurs de différentes disciplines, de praticiens d’entreprise, d’acteurs syndicaux et de responsables d’organismes internationaux, etc. Leurs regards croisés et diversifiés brossent le tableau d’une institution soumise à de multiples tensions structurantes, notamment en termes de prévention des risques professionnels : mutations du travail vs reconfiguration de l’emploi, renforcement des contraintes vs promesses d’autonomie, qualité du travail vs qualité de vie au travail…

Sous la direction d’Emilie Bourdu, Michel Lallemment, Pierre Veltz et Thierry Weil, La fabrique de l’industrie, avril 2019, 432 p., 29 €.

 

Le salarié compétent en prévention des risques professionnels

Un acteur encore mal connu de la santé et la sécurité au travail

La loi du 20 juillet 2011 réformant la médecine du travail a prévu que “l’employeur désigne un ou plusieurs salariés compétents pour s’occuper des activités de protection et de prévention des risques professionnels”. Toutefois, conscient que les entreprises ne disposaient pas nécessairement des compétences disponibles en interne, le législateur permet aussi à l’entreprise de recourir à un prestataire externe, sous réserve que celui-ci dispose d’une habilitation “intervenant en prévention des risques professionnels” (IPRP). Voici quelques précisions quant à cette obligation trop souvent méconnue des employeurs.

Quelles entreprises sont concernées ?

La Circulaire DGT n°13 du 9 novembre 2012 relative à la mise en œuvre de la réforme de la médecine du travail précise que l’obligation de désigner un salarié compétent en matière de prévention des risques professionnels “concerne toutes les entreprises, quelle que soit leur taille et les modalités retenues par l’employeur pour assurer le suivi de la santé de ses salariés”.

Qui désigne le salarié compétent ? Lire la suite

Se préparer à la gestion des événements traumatiques en entreprise

Décès brutal par accident ou maladie, suicide ou tentative de suicide, accident grave, braquage, violences graves, alertes à la bombe, explosions…

Au sein d’une entreprise et plus généralement de toute organisation de travail, des événements traumatiques peuvent survenir. Il est dès lors essentiel que la hiérarchie dispose des protocoles pour y faire face efficacement. Afin de s’y préparer, un guide réalisé récemment par Association Régionale de Prévention du suicide et de Promotion de la santé mentale en Poitou-Charentes passe en revue les actions à mettre en œuvre lorsqu’un tel événement survient.

Les événements traumatiques n’arrivent pas qu’aux autres. Il est donc conseillé de s’y préparer car mieux un tel événement est géré et moins l’impact sur les salariés et l’organisation sera important. Il ne faut en effet pas s’y tromper : ces événements sont “générateurs de souffrances qui fragilisent la personne, les équipes et l’institution elle-même”. Parmi les conséquences les plus fréquentes : “l’absentéisme, la démotivation et la désorganisation du travail”.

Constituer une équipe de crise Lire la suite