Nouvelle baisse de la fréquence des accidents du travail : le beau résultat des efforts de prévention

baisse-arret-travail “Dans le BTP, les actions de prévention ont permis de faire diminuer les accidents de 3,1 % l’année dernière. En dix ans, ils ont reculé de 29 %.”

Record battu ! En 2016, la fréquence des accidents du travail recensés par la branche Accidents du travail-maladies pro­fessionnelles (AT-MP) de la Sécurité sociale a atteint son plus bas niveau historique, en reculant encore par rapport à l’année 2015.

Une baisse constante sur la longue durée

Il y a eu, en 2016, 33,8 accidents pour 1.000 salariés, contre 33,9 cas en 2015. Mais pour mesurer l’ampleur du chemin parcouru, il faut mettre ces chiffres en perspective. En effet, douze ans auparavant, le taux d’accidents s’établissait encore à 39,5 accidents décla­rés pour 1000 salariés. Et il atteignait 120 accidents en 1946 ! Or, pour les dirigeants de la Sécu, ce résultat traduit une évolu­tion durable. “Depuis 2013, écrivent-ils, la fréquence des accidents du travail marque un palier et reste à un des niveaux les plus bas depuis 70 ans”.

Pour expliquer cette baisse, certains obser­vateurs ne manquent certes pas de souli­gner qu’elle est aussi liée à une mutation du monde du travail, avec notamment un recul des activités dans lesquelles les accidents étaient fréquents.“La société a changé et les modes de travail aussi : l’industrie lourde a qua­si disparu du paysage”, notait déjà le Nouvel Observateur après la baisse de 2015.

Une preuve des bienfaits de la prévention

Certes, l’évolution du tissu économique a certainement sa part dans le recul des accidents. Mais elle n’explique pas tout. Pour preuve, comme le relève La Tribune (14/09/17), “cette tendance à la baisse est due à une nouvelle diminution du nombre d’accidents de travail dans les BTP.” En effet, dans ce secteur fort exposé aux risques, “les actions de prévention ont permis de faire diminuer les accidents de 3,1 % l’année der­nière. Et en dix ans, ils ont reculé de 29 %”.

De même, il est erroné de croire que les activités économiques ayant le vent en poupe soient exemptes de risques. Ainsi, les problèmes physiques des travailleurs du secteur des aides et des soins à la personne s’accroissent et dé­passent même le taux des BTP, ce qui inquiète fortement l’Assurance maladie. Dans ce sec­teur on ne dénombre pas moins de 94,6 accidents de travail pour 1.000 salariés, soit une hausse de 2 % et une fréquence trois fois plus élevée que la moyenne. Si bien que, comme l’affirme le site internet spécialisé ActuEnvironnement (14/09/17), “les statistiques pour 2016 ré­vèlent les bénéfices de la prévention”.

Forte augmentation des affections psychiques

Ces beaux résultats doivent donc inciter à accentuer encore l’effort de prévention. D’autant que de nouveaux défis se pro­filent déjà à l’horizon. Les statistiques pu­bliées par la branche Accidents du travail-maladies professionnelles (AT-MP) mettent ainsi en évidence une augmentation de 40 % des affections psychiques prises en charge ! Un chiffre qui démontre que, dans le contexte actuel de mutation du travail, la prévention des risques psychosociaux s’impose progressivement.