Comme toute modification de l’organisation du travail, le passage de tout ou partie des employés en télétravail nécessite donc de mettre à jour le document unique d’évaluation des risques (DUER).

Comme chacun le sait, la pratique du télétravail a pris un essor considérable à l’occasion de la crise sanitaire. De nombreuses entreprises y recourent désormais aussi bien à la demande des salariés qu’à l’initiative de l’employeur. Toutefois, la période hors normes des confinements étant terminée, il convient désormais de le mettre en œuvre en respectant bien le cadre juridique et conventionnel dévolu à cette nouvelle forme d’organisation du travail. Et comme le souligne une récente brochure de l’INRS, cela vaut tout particulièrement en matière de santé et de sécurité au travail.

Maintien de l’obligation de sécurité


“La mise en place du télétravail, qu’il soit occasionnel ou régulier, n’a pas pour effet de modifier les obligations de l’employeur ou du salarié en matière de prévention des risques professionnels”, préviennent les juristes de l’organisme. L’employeur conserve ainsi son obligation générale de sécurité, telle qu’elle résulte du Code du travail et devra donc prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés.

Évaluation et prévention des risques spécifiques au télétravail


La mise en place du télétravail implique donc, premièrement, d’effectuer une évaluation des risques professionnels spécifiques qu’il comporte tant en termes de risques physiques que psychologiques : troubles musculosquelettiques, éventuel sentiment d’isolement, etc. Comme toute modification de l’organisation du travail, le passage de tout ou partie des employés en télétravail nécessite donc de mettre à jour le document unique d’évaluation des risques (DUER) et de définir un plan d’action pour supprimer ou réduire les nouveaux risques identifiés. Ces obligations peuvent paraître contraignantes mais elles peuvent tout aussi bien être envisagées comme un mémento permettant de faire en sorte que la mise en place du télétravail soit réellement pensée et se dérouler dans les meilleures conditions possibles pour l’entreprise et ses salariés.

(1) Brochure TJ 25,
librement consultable sur www.inrs.fr