Beaucoup d’organisations ont conçu leur transformation numérique autour de l’expérience client.

Encore trop peu équilibrent ces investissements par une attention soutenue à l’expérience travailleur.

Selon une récente enquête du quotidien zurichois Neue Zürcher Zeitung s’appuyant sur les données recueillies par deux assureurs, les arrêts de travail prescrits pour des causes psychologiques ont littéralement explosé dans la confédération helvétique depuis 2012.

Les absences liées à des problèmes de santé mentale auraient ainsi augmenté de 70% depuis 2012 parmi les assurés de PK Rück, tandis que l’assurance-maladie Swica aurait, quant à elle, enregistré une augmentation de près de 50 % du nombre d’arrêts liés à une maladie mentale en 6 ans.

Comme en France, la majorité des cas recensés sont des dépressions et des épuisements professionnels qui donnent lieu à des arrêts de travail de 18 mois en moyenne, soit une durée deux fois plus importante que pour les autres maladies. En Suisse, le coût des absences, pertes de production et rentes d’invalidité dues au stress était déjà estimé en 2012 à plus de 9 milliards d’euros par an par le Secrétariat d’État à l’économie.

Pour aller plus loin : “Burnout: Arbeitsausfälle steigen auf Rekordhoch”, NZZ am Sonntag, 11/01/20