“Le télétravail doit être la règle pour toutes les activités qui le permettent. […] C’est difficile, mais nous n’avons pas le choix ! Le télétravail est un levier important dans la lutte contre le Covid.” C’est par ces mots que, le 4 février dernier, la ministre du Travail, Élisabeth Borne, a exhorté les entreprises à placer “de toute urgence” davantage de leurs salariés en télétravail.

Ce souhait était assorti d’un avertissement : “Nous souhaitons que les 2,5 millions de salariés qui ne télétravaillent pas du tout et qui peuvent le faire le fassent. Ceux qui télétravaillent partiellement doivent le faire un ou deux jours de plus […].Nous nous assurerons que les mesures seront prises. L’inspection du travail va rester mobilisée.”

Cette dernière prise de parole s’inscrit dans un durcissement constant de la position du gouvernement en matière de télétravail. Les différentes versions du Protocole national diffusé par le Gouvernement à l’occasion de la crise sanitaire ont fait passer le télétravail de “solution à privilégier lorsque cela est possible” et de “pratique recommandée” (version du 31 août 2020), à “la règle pour l’ensemble des activités qui le permettent”(version du 29 octobre 2020).

Le temps semble donc loin où le télétravail ne pouvait être envisagé que sous la forme du volontariat et d’un libre accord entre le salarié et l’employeur… En effet, si l’obligation de concertation et de formalisation d’un accord persiste, on comprend que, jusqu’à nouvel ordre, cet accord devra impérativement viser à étendre ce mode d’organisation.

Ne nous leurrons pas : adopter le télétravail sous la contrainte et dans la tourmente de la crise sanitaire comporte des risques importants qu’il convient d’évaluer et de prévenir.

Voilà pourquoi nous vous proposons, ce mois-ci, quelques recommandations pratiques permettant aux entreprises, et notamment aux TPE et PME, de réussir la mise en place du télétravail. Comme vous le verrez, ces conseils s’adressent aussi bien aux employeurs qu’à leurs salariés. En effet, la prévention des risques ne relève jamais de la seule hiérarchie. Elle repose aussi sur la coopération et la bonne volonté de tous les acteurs de l’entreprise.

François Sidos

Président du Groupe Pôle Prévention