Les risques professionnels des salariés en mobilité internationale

Salariés en mobilité internationale

Salariés en mobilité internationale

Salariés en mobilité internationale : un livre blanc pour les ETI

“L’internationalisation est devenue en quelques années la clé des stratégies de croissance et de conquête des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). 74 % des 4 600 ETI fran­çaises sont aujourd’hui exportatrices et continuent pour 34 % aux exportations françaises”, observe Alexandre Montay, délégué général du Mou­vement des Entreprises de Taille Intermédiaire (METI) en introduction d’un récent livre blanc consacré aux risques spécifiques auxquels sont exposés les salariés en mobilité à l’internatio­nale.

Un cadre juridique complexe

Réalisée conjointement par différents organismes dont Eurogip, la fondation internationale SOS et l’Assurance maladie, cette étude détaille l’obligation incombant aux employeurs de mettre en place des mesures visant à assurer la santé et la sécurité des salariés en mobilité à l’international. Au-delà de cette présentation du cadre juridique, fort complexe car différent selon que le salarié est en simple mission, en détachement de courte durée ou travailleur expatrié, l’étude présente aussi les risques spécifiques professionnels spécifiques auxquels sont exposés les salariés. Lire la suite

Les lombalgies représentent 20 % des accidents du travail

lombaire posEn 2015, les lombalgies ont représenté 167.000 accidents du travail, soit 19 % du nombre total d’accidents du travail. Les lom­balgies coûteraient ainsi à la branche AT/MP près d’un milliard d’euros par an. Un coût prohibitif qui s’explique notamment par le fait qu’une lombalgie sur cinq donne lieu à un arrêt de travail, et que ces pathologies représentent 30 % des arrêts de travail de plus de six mois.

La citation du mois

L’augmentation de la lombalgie semble liée principalement au développement des services à la personne. Ces structures d’aide à domicile emploient des salariés- souvent femmes – qui peuvent être amenés à réaliser de la manutention de personnes âgées ou de malades. Et donc à porter des niveaux de poids que l’on ne rencontre plus ou presque plus dans l’industrie.

Michel Niezborala, médecin inspecteur du travail, entretien accordé à La Dépêche, (www.ladepeche.fr), 21/11/16

Prévenir les risques professionnels, c’est prévenir l’absentéisme

Absenteisme“Prendre en compte les conditions de travail est un facteur décisif de réussite pour les entreprises, les salariés et pour toute la société”, rappelle incessamment l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de l’Anact. Une conviction largement vérifiée s’agissant de l’absentéisme auquel l’agence a récemment consacré une brochure destinée à mieux cerner, comprendre et combattre un phénomène complexe mais ravageur pour la performance des entreprises. En voici les principaux enseignements.

l’absentéisme ?

Plusieurs définitions sont possibles. Pour l’Anact, “l’absentéisme caractérise toute absence qui aurait pu être évitée par une prévention suffisamment précoce des fac­teurs de dégradation des conditions de travail entendus au sens large : les ambiances phy­siques mais aussi l’organisation du travail, la qualité de la relation d’emploi, la conciliation des temps professionnel et privé, etc.” Cette approche semble la plus pertinente et la plus pratique car elle focalise l’attention sur les absences évitables. Lire la suite

6 300 personnes meurent au travail chaque jour, dans le monde

Mort au travail

« Quelque 6 300 personnes meurent au travail chaque jour, dans le monde. On estime à près de 4% du PIB mondial le coût lié aux arrêts, accidents et maladies professionnels (en comptant les indemnisations, le coût des absences des salariés, les effets sur la productivité, etc.), ce qui est considérable. C’est par ce biais des coûts induits que l’OIT tente de sensibiliser davantage les entreprises et les organisations à cette problématique. »

 Cyril Cosme, directeur du bureau de l’OIT pour la France, entretien accordée à www.anact.fr, 28/04/16

 

Prévenir les risques psychosociaux

Document Unique RPSCe qu’enseignent les données statistiques

À l’instar des risques physiques, les risques psychosociaux auxquels sont exposés les salariés doivent faire l’objet d’une évaluation et être pris en compte dans le Document unique d’évaluation des risques professionnels (DUER). Pour s’acquitter de cette tâche délicate, il n’est pas inutile de consulter une récente note de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) du ministère du Travail consacrée au suivi statistique de ces risques spécifiques. D’autant qu’elle confirme que la réduction de ces risques contribue à améliorer la performance des entreprises. Lire la suite