Téléphone au volant : les usages divers supplantent les conversations

Comment les conducteurs français utilisent-ils leur téléphone au volant ? Pour la troisième année consécutive, une enquête révèle une tendance inquiétante mais inéluctable : le recours aux divers usages du smartphone, malgré les risques encourus.

Rien n’y fait : devenu omniprésent, le smartphone voit son usage s’accroître dans le cadre professionnel ou à des fins privées, y compris au volant malgré les risques avérés, les campagnes de sensibilisation et le durcissement de la législation. Publié depuis 2016 par l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR), avec le soutien financier de la Fondation MAIF, le baromètre annuel issu du projet TSICA (téléphone et systèmes d’information en conduite automobile) ne peut que constater, pour sa troisième édition, des tendances inquiétantes.

Excès d’usages Lire la suite

Routes à double sens : attention danger

Le réseau routier « principal » est plus accidentogène que le réseau local.

Un mauvais entretien, une signalisation défaillante, une visibilité réduite… ne suffisent pas à qualifier une infrastructure routière de dangereuse. Les données de l’accidentalité sur les routes à double sens intègrent le contexte de circulation, tel que le volume du trafic, comme une donnée essentielle de l’estimation du risque.


Quelles sont les plus dangereuses ?

Une route est une infrastructure dont le degré de dangerosité peut varier selon divers critères structurels (géographie du site traversé, visibilité, nombre de voies disponibles, environnement, signalisation, etc.) ou conjoncturels (état de la chaussée, météo, intensité et typologie du trafic, etc.). Les règles du Code de la route qui s’y appliquent, comme les limitations de vitesse ou les éventuelles restrictions de dépassement, sont susceptibles de réduire plus ou moins drastiquement ce degré de dangerosité et de limiter éventuellement les effets d’un autre facteur de risque : le comportement des usagers. Lire la suite

Risque routier – Un enjeu encore sous-estimé par les entreprises

“Même si 63 % des entreprises interrogées savent que le risque routier est la première cause de mortalité au travail, il reste un enjeu majeur encore sous-estimé ».

C’est la conclusion d’une enquête réalisée par l’institut CSA pour l’assureur Allianz France auprès d’un échantillon d’entreprises dotées d’une flotte de plus de 5 véhicules.

Des initiatives de prévention réelles mais disparates et désordonnées

L’enquête démontre que les entreprises ne restent pas inactives face au risque routier. Plus précisément, 90 % suivent et entretiennent les véhicules, action jugée par elle la plus efficace en la matière ; 52 % mènent des actions de sensibilisation auprès de leurs salariés ;50 % ont mis en place une charte de bonne conduite au volant (concernant l’usage du téléphone, l’alcool), des procédures d’utilisation des véhicules ou de gestion des sinistres ; et 24 % ont instauré des actions de formation, principalement en salle mais aussi sous forme de stages de conduite. Les entreprises ne font donc nullement preuve de mauvaise volonté mais leurs actions en la matière sont souvent incomplètes et disparates. Or ces lacunes sont d’autant plus regrettables que, comme l’affirme Delphine Asseraf, responsable des questions de mobilité chez Allianz,“ la plupart des accidents pourraient être évités par des mesures de prévention efficaces”. Lire la suite

Baromètre 2019 du comportement des français sur les routes

Sécurité routière : le téléphone, premier comportement à risque devant l’alcool et la vitesse

“La grande vitesse et la forte alcoolémie, les deux risques historiques dont l’ampleur avait conduit à désigner la sécurité routière Grande cause nationale en 2002, sont en très net recul”, établit la dernière édition du Baromètre du comportement des Français sur les routes réalisé par Axa. Hélas, simultanément, l’usage du téléphone au volant explose littéralement.

Les efforts de prévention déployés ont payés ! En 2004, 19 % des Français déclaraient “prendre le volant après avoir bu plus de 4 ou 5 verres d’alcool”. En 2019, on n’en compte plus que 6 %. Il en est de même pour les grands excès de vitesse. En 2019,

11 % reconnaissent “rouler à 160-170 km/h sur autoroute” contre 29 % en 2004. Seul bémol relatif à ces risques historiques : en ville, malgré une baisse significative de 18 points, nos compatriotes sont encore 30 % à avouer rouler à plus de 65 km/h. Il y a 15 ans, ils étaient 48 %.

83 % des jeunes utilisent leur téléphone au volant Lire la suite

Bilan annuel des contrôles techniques des véhicules légers

Un durcissement des contrôles techniques des véhicules diesels avec de nouvelles dispositions particulièrement contraignantes devait être mis en place le 1er janvier dernier. À la suite du mouvement des « gilets jaunes », la mise en place des nouvelles normes a été différée au 1er juillet 2019.

L’Organisme Technique Central (UTACOTC) vient de publier son rapport annuel sur le contrôle technique. Rappelons que c’est un contrôle obligatoire pour tous les véhicules de plus de quatre ans et qu’il doit être fait tous les deux ans. Une réforme importante a eu lieu le 20 mai 2018 et le contrôle est devenu plus sévère. Le nombre de points à vérifier a augmenté (132 pour 123), le nombre de défaillances techniques est passé de 453 à 606 et leur classification a été modifiée. Elles sont désormais classées en trois catégories :

  • les défaillances mineures (139),
  • les majeures (340) et une nouvelle catégorie,
  • les critiques (127) qui ne permettent plus au véhicule de rouler.

Lire la suite