Crise sanitaire : les patrons de PME en forte souffrance psychologique

Selon une enquête de l’observatoire Amarok,  spécialisé  dans  l’étude  de  la  santé des dirigeants, le confinement a fortement affecté le moral des entrepreneurs français. 300 000 d’entre eux présenteraient même un risque élevé de burn-out.

Sur le plan physique, tout va bien. En raison du  confinement, nombre  de  patrons  ont abandonné leurs 50 à 55 heures de travail hebdomadaires. Condamnés au repos forcé, ils ont reconstitué leurs forces. En revanche, sur le plan psychologique, rien ne va plus !

Risque d’explosion des burn-out

“Rester à la maison et voir son entreprise brûler atteint la santé mentale”, commente Olivier Torrès, associé à Montpellier Business School et président  d’Amarok. Selon  l’enquête  réalisée auprès  d’un  éventail  de  1900  entrepreneurs, quelque 30,5 % redoutent en effet un dépôt de bilan. Contrairement au reste de la population, les patrons de PME et TPE affirment être davantage préoccupés par le risque de faillite que par celui de contracter la Covid-19.

Conséquence : le risque de burn-out est aujourd’hui présent chez 34 % des entrepreneurs contre 17,5 %, l’année dernière à la même période. Plus inquiétant encore, “9 % des dirigeants interrogés, soit 165 individus sur 1925, entrent en phase qui nécessiterait une aide ou une intervention extérieure. Si l’on extrapole avec les données macroéconomiques de la population française des travailleurs non salariés, ce sont près de 300 000 entrepreneurs  qui  sont  actuellement  en  risque sévère”. Lire la suite

Télétravail contraint : 43 % des salariés français déclarent une dégradation de leur état psychologique

L’étude Worklife 2020, consacrée au travail à l’heure du Covid-19, confirme que le télétravail peut avoir des conséquences délétères sur le moral et l’engagement des salariés.


Les mesures de confinement et de distanciation sociale prisent par de nombreux gouvernements ont abouti à une progression sans précédent du télétravail.

42 % des salariés en télétravail

Parmi les 5.000 salariés issus de sept pays (France, Royaume-Uni, Allemagne, Espagne, Italie, États-Unis et Australie) interrogés par ITWP, 42 % travaillent désormais de leur domicile tandis que 31 % continuent à se rendre sur leur lieu de travail habituel et 25 % ont dû arrêter de travailler. Pour la plupart des télétravailleurs, le changement a été soudain : trois quarts des salariés actuellement en télétravail ne le pratiquaient pas avant la pandémie.

Les salariés sondés font globalement preuve d’une belle capa cité d’adaptation à ce changement : ils se décrivent comme “autodisciplinés” et se déclarent majoritairement “à l’aise avec les échanges à distance”. Un succès qui, toutefois, n’empêche pas un sentiment significatif de dilution des équipes : 31 % déclarent “avoir moins le sentiment d’appartenir à un collectif de travail” et 38 % disent “se sentir seuls ou isolés”, si bien que 21 % indiquent “ne pas être à l’aise avec l’idée d’une longue période dans ces conditions”. Lire la suite

Surmonter les épreuves psychologiques induites par la crise du Coronavirus.

À  l’occasion  d’un  sondage  réalisé  le  15 mars  dernier  par  l’Ifop, au  sujet  de  l’épidémie  de  Covid-19,  74 % de  nos  compatriotes affirmaient  ressentir  de  l’inquiétude  et  58 %  avouaient “être inquiets  à  l’idée  d’aller  au  travail”.

Nous  avons  demandé  à Cécile Perret du Cray, psychologue sociale et directrice technique d’Impact  Prévention,  partenaire  du  Groupe  Pôle  Prévention,  de nous  expliquer  les  conséquences  psychologiques  d’une  telle  crise sur les individus, notamment dans leur vie professionnelle.

Quels sont les principaux effets psychologiques provoqués par une crise sanitaire telle que celle que nous vivons ?

Cette crise s’apparente à un traumatisme car elle nous confronte à des réalités que nos sociétés avaient tendance à refouler comme la mort ou la maladie. L’épidémie nous renvoie à notre fragilité. C’est l’une des raisons pour lesquelles, aux niveaux individuel et collectif, la première réaction  a  été  une  forme  de  déni.  La  difficulté  initiale  à  respecter les gestes barrières relève de ce phénomène. Lire la suite

Télétravail : bien l’organiser pour en tirer le meilleur parti

Après  les  grèves  de  2019,  la  pandémie de Coronavirus dope le recours au télé travail.

Selon une enquête réalisé par l’Institut CSA et le Comptoir de la nouvelle entreprise Malakoff  Humanis, avant le confinement, 28  %  des entreprises qui n’y recouraient pas auparavant s’y étaient  déjà converties.

Depuis, il est devenu obligatoire pour tous les postes qui le permettent. Mieux vaut donc connaître qu’il comporte pour transformer cette contrainte en expérience positive


Avec l’épidémie de Covid-19, le recours au télétravail est devenu une obligation et non un  choix  réfléchi.  Cette  situation  inquiète  les experts en préventions des risques car, comme le soulignait encore récemment l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail, “le télétravail ne s’improvise pas”.

A chaque risque sa solution !

En effet, les télétravailleurs sont exposés à un  certain  nombre  de  risques  spécifiques qu’il convient idéalement de prévenir par des mesures adaptées. Même dans une période telle que celle-ci où, bien sûr, nécessité fait loi, il n’est pas inutile d’en avoir connaissance.

Voici donc une liste non exhaustive des risques associés au télétravail et des moyens d’y faire face, élaborée par la Carsat : Lire la suite

Coronavirus covid-19 : le recours au chômage partiel

« Beaucoup d’entreprises vont faire appel au chômage partiel pour essayer de tenir le coup et passer le cap. Il est donc utile de revenir sur les principales règles qui régissent le chômage partiel. »

La propagation de la pandémie consécutive au COVID-19 et les décisions gouvernementales qui en découlent ont des répercutions très importantes sur l’activité économique et sur le fonctionnement des entreprises. Beaucoup d’entre elles sont touchées par une réduction de leur activité, voire un arrêt total pour certaines. Pour se soulager des charges de personnel la procédure de licenciement économique peut paraitre une solution.
Mais c’est se priver d’un personnel qu’il sera sans doute utile d’avoir disponible lorsque les conditions pour la reprise seront réunies. Dès lors, beaucoup d’entreprises vont faire appel au chômage partiel pour essayer de tenir le coup et passer le cap. Il est donc utile de revenir sur les principales règles qui régissent le chômage partiel.

Téléchargez ici la mise à jour du 9 avril 2020 du ministère du travail : Dispositif  exceptionnel d’activité partielle  – Précisions sur les évolutions  procédurales et questions-réponses

Qu’est-ce que le chômage partiel ?

Le chômage partiel, qu’il faut désormais appeler activité partielle ( loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l’emploi), est un outil de prévention des licenciements économiques qui permet de maintenir les salariés dans l’emploi afin de conserver des compétences lorsque l’entreprise fait face à des difficultés économiques conjoncturelles. Lire la suite