Une incitation à accentuer les efforts de prévention – Le bilan contrasté de l’évolution des risques professionnels en 20 ans

32,3 % des salariés subissent au moins trois contraintes de rythme telles que, par exemple, “la cadence d’une machine, les demandes exigeant une réponse immédiate ou un contrôle informatisé”

Une récente étude du ministère du Travail décrit l’exposition des salariés du privé aux risques professionnels depuis 20 ans. Les données recueillies démontrent que les efforts accomplis par les entreprises en matière de prévention portent leur fruit. En dévoilant de grandes tendances, cette étude incite aussi à redoubler vigilance face à des risques en croissance tels que les risques biologiques ou les risques psychosociaux. Voici un panorama de ses principaux enseignements.


Stabilisation des contraintes horaires

Depuis la baisse intervenue suite aux lois Aubry, les durées longues de travail sont restées stables : 17,7 des salariés – mais 44 % des cadres – affirment travailler plus de 40 heures par semaine. De même, malgré l’assouplissement réglementaire intervenu en 2015, le travail dominical ou les jours fériés progresse peu : il concerne 33,6 % des salariés contre 30,2 % en 2003.

Hausse des déplacements routiers Lire la suite

Rapport « Santé, sécurité, qualité de vie au travail dans la fonction publique : un devoir, une urgence, une chance ».

Par Charlotte Lecocq, Pascale Coton et Jean-François Verdier, téléchargeable sur www.gouvernement.fr.

Suicides dans la police et l’éducation nationale, grève des urgences, manifestation des pompiers… La simple consultation de l’actualité suffit à illustrer l’impérieuse nécessité de trouver des réponses à l’inquiétante souffrance professionnelle des membres de la fonction publique.

C’est précisément l’objectif de ce rapport qui, jugeant la question des moyens “presque secondaire”, estime que “la culture de prévention est moins mûre dans la fonction publique”. D’où la volonté de “faire de la prévention dans la fonction publique une priorité” gouvernementale.

Séminaire national 2019 de Pôle Prévention

Les 7 et 8 octobre derniers quelque cent membres du groupe Pôle Prévention, fédérant les sociétés SEPR, TUTOR, Point Org Sécurité, Pôle Vérification et Impact Prévention, se sont réunis à Chantilly. Venus de toutes les régions de France, ils ont notamment planché sur l’évolution des risques professionnels.

“Nos métiers ne cessent d’évoluer au gré des transformations technologiques, économiques, juridiques et sociales qui affectent la société tout entière. Si bien que notre capacité à répondre aux besoins de nos clients dépend directement de notre faculté d’adaptation.” Forts de cette conviction, exprimée en préambule par François Sidos, Président de Pôle Prévention, les participants ont réfléchi pendant deux jours aux nouveaux enjeux de la prévention des risques.

Une réflexion collective et prospective.

Au fil des interventions plénières, des ateliers de travail et des tables rondes, chacun a pu faire part librement de ses observations et réflexions. Quelques thèmes, résolument prospectifs, ont donné lieu à des échanges particulièrement riches. C’est notamment le cas des discussions portant sur la meilleure façon de toucher les TPE, sur les possibilités offertes par les technologies numériques, sur l’anticipation de nouveaux risques professionnels ou encore sur la transformation annoncée du système français de santé et sécurité au travail. Lire la suite

Santé-sécurité au travail : quels leviers pour une culture de prévention en entreprise ?

Actes des Débats d’Eurogip du 21 mars 2019, librement téléchargeables sur www.eurogip.fr.

Le 21 mars dernier, Eurogip, un organisme créé conjointement par la Caisse nationale de l’assurance maladie (CNAM) et l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) pour étudier les questions relatives à l’assurance et à la prévention des risques professionnelles au plan internationa,l organisait un colloque sur la notion de “culture de prévention”. Conscients que cette notion est parfois considérée comme un peu “fourre-tout”, les intervenants ont eu à cœur de mettre en avant des initiatives concrètes mises en œuvre par des organismes et des entreprises partout en Europe. Ces actes constituent ainsi une boîte à idées dans laquelle chacun peut piocher de bonnes pratiques en fonction de ses besoins spécifiques.

L’absentéisme au travail- De l’analyse à l’action

Pour bien résoudre un problème, il faut d’abord le cerner dans toutes ses dimensions. Partant de ce constat, Denis Monneuse, chercheur en Ressources Humaines et sociologue spécialisé dans les questions de santé au travail, propose un état des lieux complet de l’absentéisme en France. Après avoir défini le phénomène et passé en revue ses diverses causes – aussi bien endogènes qu’exogènes au monde du travail -, il propose une méthodologie pour combattre ce phénomène ruineux. Au cœur de sa démarche, figure la conviction qu’un absentéisme supérieur à la norme est toujours “une cocréation de l’entreprise”. Une affirmation qui bien sûr ne vise pas à mettre en accusation mais à rompre avec tout fatalisme. Pour Denis Monneuse, les solutions existent, à condition de porter un regard neuf sur les erreurs commises en matière d’ergonomie, d’organisation et de conditions de travail.

 L’absentéisme au travail- De l’analyse à l’action, par Denis Monneuse, Éditions Afnor, février 2015, 180 p., 28 €.



Voir le document