Santé des dirigeants de PME Un livre pour sortir du déni

“Malgré plus de 20 millions d’entreprises en Europe, il y a plus de statistiques sur la santé des baleines bleues que sur celle des entrepreneurs”, s’insurge Olivier Torrès.

Pour remédier à cette lacune, cet enseignant à l’université de Montpellier a créé un Observatoire de la santé des dirigeants de PME et piloté un ouvrage sur ce sujet encore tabou.

Comment expliquer que la santé des patrons de PME reste un sujet tabou ? Pour Oli­vier Torrès, plusieurs causes y concourent. Il y a d’abord une cause historique : les pionniers de la santé professionnelle, au XIXe et au début du XXe siècle se sont d’abord intéressés à d’autres catégories de travailleurs présentant alors une santé bien plus dégradée, comme les ouvriers. Mais il faut aussi compter avec le déni des chefs d’entreprise eux-mêmes. “Sous l’emprise de l’idéo­logie du leadership laissant peu de place aux mani­festations de faiblesse, ils évoquent rarement leurs problèmes de santé”, déplore-t-il. D’où un “dia­logue entre sourds et muets”.

Pourtant, comme le démontrent ses travaux, les patrons sont loin d’être épargnés par les risques professionnels et en présentent même de spéci­fique. Surtout lorsqu’ils dirigent des PME. Ainsi, comment ne pas évoquer le risque de surme­nage lorsque l’on sait qu’en moyenne ceux-ci ne dorment en moyenne que 6 h 30 par nuit et tra­vaillent 55 heures par semaine contre 38 heures pour l’ensemble des Français actifs ! D’autant que ces heures n’ont évidemment pas la même intensité que pour d’autres dirigeants. Lire la suite

Actions de promotion de la santé des salariés : priorité à la prévention des risques professionnels !

“Pour les salariés français, une entreprise soucieuse de promouvoir leur santé doit avant tout se concentrer sur la prévention des risques professionnels.”

L’édition 2017 de l’Observatoire Entreprise et Santé réalisée par Viavoice pour Harmonies Mutuelles confirme une prise de conscience de plus en plus forte des enjeux de santé dans l’entreprise. Dirigeants et salariés plébiscitent de concert les actions en faveur de la santé des membres de l’entreprise, mais en affirmant conjointement une préférence pour les initiatives relevant de la prévention des risques professionnels par rapport aux actions assurantielles centrées par exemple sur les complémentaires santé.

Promouvoir la santé de ses salariés : un nouveau rôle de l’entreprise

Désormais 86 % des salariés et 89 % des dirigeants estiment que “contribuer à la bonne santé de ses salariés est un rôle de l’entreprise”. En 2015, seuls 80 % des salariés et 84 % des diri­geants étaient de cet avis. Pour les analystes de Viavoice, cette évolution résulte probable­ment en partie de l’accord national interpro­fessionnel (ANI) qui a généralisé les mutuelles d’entreprise début 2016, poussant ainsi de nombreuses entreprises à investir des enjeux de santé qui leur étaient jusqu’ici étrangers. Quelque 56 % des dirigeants estiment en tout cas que l’ANI a “amélioré la prise de conscience des entreprises sur l’importance des enjeux de santé” Lire la suite

Focus sur les entrepreneurs, leur profil psychologique… et leur stress !

La dernière livraison de Constuctif, revue d’idées et de débat de la Fédération française du bâtiment (FFB), s’est penchée sur les entrepreneurs avec l’ambition d’en “restituer l’identité profonde, au-delà de la diversité de leurs profils”.

Une première définition de l’entrepreneur est donnée par Alain Fayolle, professeur EM Lyon Business School. : “Dans la majorité des cas, il s’agit d’un individu passionné, convaincu, s’ap­puyant sur des motivations solides, qui s’engage dans des situations et des processus qui vont le révéler, le transformer à travers de multiples apprentissages, et l’amener à développer des comportements appro­priés à des contextes d’action et de décision carac­térisés par le changement et l’incertitude.” Il rejoint ainsi Alain Chanut, président de la FFB, lorsque ce dernier observe qu’au final “être entrepreneur relève bien davantage d’un état d’esprit que d’un statut, et beaucoup plus de la psychologie que de l’économie”.

Les dirigeants de PME en première ligne face au stress

Cet état d’esprit n’est d’ailleurs pas neutre s’agissant de l’exposition des entrepreneurs aux risques psychosociaux. Dans une contribu­tion consacrée à cette question, le psychiatre Patrick Légeron déplore “le déni de nombreux dirigeants vis-à-vis de leur propre stress”. Une atti­tude d’autant plus regrettable que, “le stress les concerne tout autant que leurs salariés” et parfois même dans des proportions très importantes. “Sont particulièrement concernés les dirigeants de PME, plus que ceux de grands groupes, tout comme les managers de proximité encadrant de petites équipes sont plus victimes de stress que les cadres dirigeants. Les effets néfastes et pathologiques du stress n’épargnent donc pas les entrepreneurs et les chefs d’entreprise. Ils se manifestent par l’apparition de maladies cardiovasculaires (hypertension arté­rielle, infarctus du myocarde ou AVC) ou le dévelop­pement de maladies psychiques (dépression, épui­sement et burn-out), qui peuvent mener jusqu’au suicide”, précise le psychiatre. D’où sa conviction que la gestion du stress doit être désormais considérée comme une véritable “compétence entrepreneuriale”.

Pour aller plus loin : Dossier “Les entrepreneurs”, in Constructif n° 47, juin 2017, consultable sur http://www.constructif.fr.

Mal au dos : un dépliant de l’INRS

Les lombalgies sont des affections très courantes caractérisées par des douleurs localisées en bas du dos. Elles résultent généralement d’un effort excessif, d’un mouvement brutal ou extrême, d’une chute… Le plus souvent, la douleur est provoquée par des lésions uniquement musculaires.

Les contraintes professionnelles peuvent jouer un rôle déterminant dans la survenue de tels accidents. La manutention, les vibrations et le travail physique lourd sont des facteurs de risque avérés. Par ailleurs, les accidents de plain-pied (chutes, trébuchements, glissades…) sont à eux seuls responsables d’un quart des lumbagos reconnus comme accidents du travail (AT).

Ce dépliant, qui s’adresse à tous les salariés, présente 4 idées fortes pour gérer sa lombalgie

Document original : Dépliant 3 volets, format 21 x 29,7

Référence INRS : ED 6040



Voir le document