Plus que jamais mobilisés aux côtés des TPE et PME


François Sidos

François SIDOS, président de Pôle Prévention

Chers clients, partenaires et lecteurs,

C’est peu dire que l’après-crise tant attendue ne correspond pas à ce que nous avions espéré au début de l’été… En raison de la crainte d’une seconde vague épidémique, la plupart des entreprises n’ont pas pu retrouver leur fonctionnement normal. Plus que jamais, elles doivent concilier les impératifs de production et les nécessités de sécurité, en respectant les normes contenues dans le protocole national édicté par le ministère du Travail.

Dans un contexte économique souvent dégradé par les mois de confinement, chacun comprend maintenant que la crise sanitaire va exiger des entrepreneurs français non seulement de l’agilité mais aussi de l’endurance. Dans ces circonstances difficiles, nous pensons tout particulièrement aux TPE et PME qui ne disposent généralement pas des mêmes moyens matériels, financiers et juridiques que les grands groupes pour relever ce défi de longue haleine.

Or, quelque 7,2 millions de salariés, soit 40 % de l’effectif inscrit au régime général, travaillent dans des entreprises de moins de 50 salariés. Plus que jamais, il est donc vital qu’elles puissent bénéficier des conseils de professionnels de la prévention des risques pour poursuivre leur activité dans les meilleures conditions. Comme le souligne une récente étude de l’INRS(1), “les TPE/PME  ont avant tout besoin d’être accompagnées (guidées, conseillées, assistées) par un interlocuteur physique extérieur dans leur démarche de prévention.” Lire la suite

Faire de la crise surmontée une occasion de progrès


François Sidos

François SIDOS, président de Pôle Prévention

Chers clients, partenaires et lecteurs,

Dans un entretien accordé voici quelques semaines au  Figaro, l’économiste François Lenglet pronostiquait que l’après-crise pourrait donner lieu à “un gigantesque mouvement de productivité, quand les entreprises auront réalisé qu’elles peuvent produire autant avec moins. Grâce aux technologies, grâce à une meilleure organisation. La nécessité brutale dans laquelle nous plonge l’épidémie les fait réfléchir comme elles n’ont jamais le temps de le faire, sur leurs processus de production, sur l’efficacité, sur ce qui est important et ce qui ne l’est pas.”

Il est vrai que la crise a exigé des entreprises et de leurs membres des trésors d’ingéniosité pour maintenir l’activité voire la réinventer. Il y a eu, durant ces mois difficiles, de formidables élans de créativité professionnelle : les routines les plus ancrées et les process les plus rigides se sont évanouis pour laisser la place à de nouvelles façons de faire, de produire et de travailler. Souvent ce qui paraissait hier impossible est devenu réalité. Lire la suite

Télétravail contraint : 43 % des salariés français déclarent une dégradation de leur état psychologique

L’étude Worklife 2020, consacrée au travail à l’heure du Covid-19, confirme que le télétravail peut avoir des conséquences délétères sur le moral et l’engagement des salariés.


Les mesures de confinement et de distanciation sociale prisent par de nombreux gouvernements ont abouti à une progression sans précédent du télétravail.

42 % des salariés en télétravail

Parmi les 5.000 salariés issus de sept pays (France, Royaume-Uni, Allemagne, Espagne, Italie, États-Unis et Australie) interrogés par ITWP, 42 % travaillent désormais de leur domicile tandis que 31 % continuent à se rendre sur leur lieu de travail habituel et 25 % ont dû arrêter de travailler. Pour la plupart des télétravailleurs, le changement a été soudain : trois quarts des salariés actuellement en télétravail ne le pratiquaient pas avant la pandémie.

Les salariés sondés font globalement preuve d’une belle capa cité d’adaptation à ce changement : ils se décrivent comme “autodisciplinés” et se déclarent majoritairement “à l’aise avec les échanges à distance”. Un succès qui, toutefois, n’empêche pas un sentiment significatif de dilution des équipes : 31 % déclarent “avoir moins le sentiment d’appartenir à un collectif de travail” et 38 % disent “se sentir seuls ou isolés”, si bien que 21 % indiquent “ne pas être à l’aise avec l’idée d’une longue période dans ces conditions”. Lire la suite

« Les employeurs seront responsables « des moyens qu’ils ont mis » face à l’épidémie »

La ministre du Travail a déclaré, dimanche 29 mars sur la chaîne LCI, que les employeurs étaient « responsables » des moyens de protection pour leurs salariés.

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a rappelé dimanche 29 mars que les employeurs étaient « responsables » de « mettre en place les protections » nécessaires pour leurs salariés contre le coronavirus, citant les exemples des chauffeurs routiers ou d’Amazon.

Elle a insisté sur le nécessaire exercice du « dialogue social » dans chaque entreprise pour définir des moyens et des règles de protections suffisantes, et sur le « rôle » joué par « l’inspection du travail », qui continue son activité pendant le confinement.

« La loi prévoit qu’ils sont responsables de mettre en place les protections », a-t-elle expliqué dans l’émission « Le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI ». « Ils ne sont pas responsables si quelqu’un est malade à la fin, mais ils sont responsables des moyens qu’ils ont mis », a insisté Muriel Pénicaud.

Extrait du site Capital.fr