Pas de culture de prévention sans évaluation des risques au sein des entreprises

Les causes principales des accidents du travail restent les mêmes […]. Ces accidents sont donc évitables et liés à l’organisation et au fonctionnement quotidien des entreprises

Depuis quelques années, le terme de “culture de prévention” fait figure d’axe stratégique en matière de santé et sécurité au travail. Rappelons ainsi que son développement est qualifié de prioritaire aussi bien par le Plan santé travail 2016-2020 du ministère du Travail que par la Convention d’objectifs et de gestion 2018-2022 de l’Assurance maladie-risques professionnels. Et cela ne manquera pas de se poursuivre puisque, dans la lettre de cadrage sur la réforme de la santé au travail que le gouvernement a adressée début mars aux syndicats de salariés, le premier axe de travail porte sur la façon “d’accompagner efficacement l’ensemble des entreprises, dans la durée, pour que se développe une véritable culture prévention”.

De la réparation à la prévention

On aurait tort de voir dans cette soudaine floraison un simple effet de mode. En effet, la promotion de la culture de prévention s’inscrit dans le droit fil de l’évolution qu’a connue, au fil du XXe siècle, la façon dont nous appréhendons les risques professionnels. En simplifiant à l’extrême, il s’est agi de rompre avec le fatalisme en passant d’une logique de réparation des dommages à une dynamique toujours plus aboutie de prévention des risques. Lire la suite

Séminaire national 2019 de Pôle Prévention

Les 7 et 8 octobre derniers quelque cent membres du groupe Pôle Prévention, fédérant les sociétés SEPR, TUTOR, Point Org Sécurité, Pôle Vérification et Impact Prévention, se sont réunis à Chantilly. Venus de toutes les régions de France, ils ont notamment planché sur l’évolution des risques professionnels.

“Nos métiers ne cessent d’évoluer au gré des transformations technologiques, économiques, juridiques et sociales qui affectent la société tout entière. Si bien que notre capacité à répondre aux besoins de nos clients dépend directement de notre faculté d’adaptation.” Forts de cette conviction, exprimée en préambule par François Sidos, Président de Pôle Prévention, les participants ont réfléchi pendant deux jours aux nouveaux enjeux de la prévention des risques.

Une réflexion collective et prospective.

Au fil des interventions plénières, des ateliers de travail et des tables rondes, chacun a pu faire part librement de ses observations et réflexions. Quelques thèmes, résolument prospectifs, ont donné lieu à des échanges particulièrement riches. C’est notamment le cas des discussions portant sur la meilleure façon de toucher les TPE, sur les possibilités offertes par les technologies numériques, sur l’anticipation de nouveaux risques professionnels ou encore sur la transformation annoncée du système français de santé et sécurité au travail. Lire la suite

Richard Fuhrmann : “Le Sauveteur secouriste du travail contribue à diffuser une culture de prévention parmi ses collègues.”

« Grâce aux compétences qu’il a acquises, le SST est légitime pour rappeler l’importance de respecter les consignes de sécurité, d’en expliquer le sens et les conséquences dramatiques que pourrait entraîner leur violation. »

Richard Fuhrmann est responsable du département formation de Point Org Sécurité et lui-même formateur en sauvetage secourisme du travail. Il explique ici combien les sauveteurs secouristes du travail contribuent à modifier le regard des collectifs de travail sur les enjeux de sécurité.

Altersécurité : Présenter le Sauveteur secouriste du travail (SST) comme un vecteur de prévention est un peu contre-intuitif. N’est-il pas formé pour intervenir après un accident ?

Richard Fuhrmann : Initialement, la mission des SST était effectivement centrée sur le seul secours. Mais au fil du temps, leur rôle s’est progressivement élargi. Ainsi, dès 2014, le document de référence consacré par l’INRS aux dispositifs de formation des SST précisait explicitement qu’ils ont “une mission double de secours en premier lieu mais également de prévention”. Et dans la dernière version de ce document, publiée en décembre 2018, cet aspect est encore renforcé. Dès le préambule, l’INRS affirme en effet “sa volonté positionner la formation des SST comme moyen fort, prioritaire, de sensibilisation et de diffusion de la prévention dans les entreprises de tout secteur d’activité”. Lire la suite

Tout au long de la vie – La formation au service de la culture de prévention

« Les jeunes ayant bénéficié d’une formation de Sauveteur Secouriste du Travail (SST) ont en moyenne 30 % d’accidents du travail en moins que les autres »

“La culture de prévention repose sur l’éducation et la formation professionnelle”, expliquait Mana Azzi, spécialiste de santé et sécurité au travail au sein de l’OIT, à l’occasion d’une récente journée de débats organisés par Eurogip sur les leviers à actionner pour développer la culture de prévention dans le monde du travail. Une étude réalisée voici quelques mois par l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) valide cette préconisation : les formations initiales et continues consacrées à la prévention des risques permettent de réduire considérablement la sinistralité.

“Avec la culture de prévention, l’idée est d’intégrer les réflexes de prévention de manière tellement automatique qu’ils deviennent totalement naturels. Comment agir à ce niveau ? Le premier levier est la formation initiale.[…] Dès que l’on apprend un métier, il faut acquérir les bons réflexes. […] Nous voulons également agir au moment où les jeunes embauchés arrivent dans l’entreprise.[…] Lire la suite

Santé-sécurité au travail : quels leviers pour une culture de prévention en entreprise ?

Actes des Débats d’Eurogip du 21 mars 2019, librement téléchargeables sur www.eurogip.fr.

Le 21 mars dernier, Eurogip, un organisme créé conjointement par la Caisse nationale de l’assurance maladie (CNAM) et l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) pour étudier les questions relatives à l’assurance et à la prévention des risques professionnelles au plan internationa,l organisait un colloque sur la notion de “culture de prévention”. Conscients que cette notion est parfois considérée comme un peu “fourre-tout”, les intervenants ont eu à cœur de mettre en avant des initiatives concrètes mises en œuvre par des organismes et des entreprises partout en Europe. Ces actes constituent ainsi une boîte à idées dans laquelle chacun peut piocher de bonnes pratiques en fonction de ses besoins spécifiques.