Sortir de “l’enfer des règles”

Et si on faisait (aussi) confiance à l’expérience et à l’intelligence des professionnels.

0n ne doit pas multiplier les règles et les procédures, comme dans les organisations actuelles si, en contrepartie, on ne donne pas de l’autonomie aux acteurs”, mettait en garde Christian Morel, dans un entretien accordé, voici quelques années au magazine Liaisons sociales (1). Ancien cadre de l’industrie – il a notamment exercé la fonction de responsable qualité chez Renault – il s’est fait une spécialité de dénoncer, dans une série d’ouvrages très étayés, les “décisions absurdes” qui entravent le bon fonctionnement des organisations (2).

Prolifération incontrôlée des règles.

Sa cible favorite ? Les lois, règlements, normes, standards, procédures, prescriptions, guidelines, référentiels, chartes, préconisations et autres process qui prolifèrent aussi bien dans les administrations publiques que dans les branches professionnelles et les organisations privées. Lire la suite

Télétravail : des avantages plébiscités et… des risques à ne pas négliger !

Aujourd’hui, près d’un quart des salariés pratique déjà le télétravail sous des formes et des durées variables.

Afin de mieux comprendre les avantages qu’ils en retirent et les inconvénients qu’ils y expérimentent, le Comptoir Malakoff-Médéric de la nouvelle entreprise a confié une enquête à l’Institut Ifop. Ses résultats méritent d’autant plus d’être pris en compte que 40 % des travailleurs interrogés estiment que le télétravail se développe encore dans leur entreprise.

➤ Des avantages largement plébiscités

Les télétravailleurs interrogés estiment que cette pratique garantit une meilleure autonomie (90 %) et une plus grande efficacité (87 %) dans leur travail. De même le télétravail aurait, selon eux, des effets bénéfiques sur l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle (87 %) et permettrait une diminution de la fatigue (86 %),et un plus grand épanouissement dans le travail (78 %). Plus globalement, ils affirment que le télétravail contribue à jouir d’une meilleure santé (81 %).

De leur côté, les employeurs ne sont pas moins enthousiastes. “L’engagement des salariés (82 %) ainsi que la responsabilisation et l’autonomie (80 %) arrivent en tête des bénéfices cités par les dirigeants. 39 % des dirigeants indiquent également la baisse de l’absentéisme”, relatent les auteurs de l’étude. De façon moins attendue, 68 % des employeurs signalent un gain en termes d’image. Un chiffre qui s’explique peut-être par l’attrait qu’exerce le télétravail chez les travailleurs qui ne le pratiquent pas encore : “56 % d’entre eux aimeraient pouvoir bénéficier de cette possibilité, pour aménager leurs horaires (66 %),réduire leur temps de trajet hebdomadaire (58 %) et bénéficier d’un cadre de travail plus calme (49 %).” Lire la suite

Technostress : les nouveaux risques du “travail à l’ère numérique”

Technostress

“Au cours des deux dernières décennies, les nouvelles technologies ont progressivement façonné un “nouveau monde du travail”. Ces nouveaux environnements professionnels confrontent les travailleurs et leurs organisations à de multiples défis.”, observe Gérard Valenduc, professeur honoraire à l’université de Namur.

Généralisation du “technostress”

Pour ce chercheur spécialisé dans la dimension sociale et humaine des changements technologiques, le risque aujourd’hui le plus répandu est le “technostress” lié aux technologies numériques de communication. “Le technostress désigne l’augmentation de la charge psychosociale liée au travail, à partir du moment où les potentialités offertes par les nouveaux outils digitaux se transforment en pression sur le travailleur, au niveau des attentes explicites ou implicites de son employeur ou de ses collègues, des attentes ou exigences des clients, à cause de problèmes de connectivité qui perturbent le travail ou encore sous la forme d’une dépendance à l’égard des outils digitaux, particulièrement les outils mobiles comme les smartphones”, explique-t-il.

Travailler avec des robots Lire la suite

Reprise du BTP : former les intérimaires à la sécurité pour éviter une explosion des accidents du travail

Plusieurs acteurs du monde du BTP redoutent que la reprise économique dont jouit le secteur ne débouche sur une hausse des accidents du travail.

“Aujourd’hui, l’activité repart, le secteur manque de main-d’œuvre qualifiée et formée à la gestion des risques. Les professionnels se tournent donc souvent vers des salariés intérimaires et CDD”, explique Michel Ledoux, avocat spécialisé dans la santé-sécurité au travail, dans les colonnes de Batiactu (23/02/18). Une tendance confirmée par Paul Duphil, directeur général de l’OPPBTP, qui reconnaît que “depuis un an, l’emploi intérimaire dans le secteur augmente fortement”, avant d’ajouter que “plusieurs études montrent que le taux de fréquence d’accidents du travail est plus élevé pour les salariés intérimaires que pour les permanents”. Afin de conjurer le risque d’une explosion des accidents, les acteurs concernés incitent les employeurs à bien veiller à former les intérimaires aux règles de sécurité.

Management. Le grand retour du réel.

En 2008, tout un monde d’illusions s’est dissipé, révélant les béances d’une crise non seulement financière mais aussi économique, sociale, politique et morale. Le réel a fait son grand retour”, écrit Philippe Schleiter.

Consultant spécialisé depuis 15 ans dans la conduite du changement et les projets de trans­formation, il puise dans son expérience profes­sionnelle pour remettre en cause nombre des poncifs managériaux à la mode. Ainsi, s’agissant du « bonheur professionnel”, il mène une charge salutaire contre le “maternalisme” qui conduit nombre d’entreprises à “chouchouter” leurs employés en leur proposant salles de sport, conciergeries et autres ca­fétérias design… Des initia­tives certes sympathiques, mais qui ne sauraient se substituer aux vrais ingré­dients du bien-être pro­fessionnel que sont, par exemple, l’autonomie, les marges de manœuvres, la possibilité de prendre des initiatives et d’acquérir de nouvelles compétences.

De la sorte, il rejoint l’expérience de nombre de professionnels de la prévention des risques qui, comme lui, remarquent les ravages provo­qués par la promotion sans discernement de recettes toutes faites sans lien avec le fonction­nement subtil des communautés humaines que sont les entreprises.

Par Philippe Schleiter, VA Press novembre 2017, 200 p., 18 €.