Actions de promotion de la santé des salariés : priorité à la prévention des risques professionnels !

“Pour les salariés français, une entreprise soucieuse de promouvoir leur santé doit avant tout se concentrer sur la prévention des risques professionnels.”

L’édition 2017 de l’Observatoire Entreprise et Santé réalisée par Viavoice pour Harmonies Mutuelles confirme une prise de conscience de plus en plus forte des enjeux de santé dans l’entreprise. Dirigeants et salariés plébiscitent de concert les actions en faveur de la santé des membres de l’entreprise, mais en affirmant conjointement une préférence pour les initiatives relevant de la prévention des risques professionnels par rapport aux actions assurantielles centrées par exemple sur les complémentaires santé.

Promouvoir la santé de ses salariés : un nouveau rôle de l’entreprise

Désormais 86 % des salariés et 89 % des dirigeants estiment que “contribuer à la bonne santé de ses salariés est un rôle de l’entreprise”. En 2015, seuls 80 % des salariés et 84 % des diri­geants étaient de cet avis. Pour les analystes de Viavoice, cette évolution résulte probable­ment en partie de l’accord national interpro­fessionnel (ANI) qui a généralisé les mutuelles d’entreprise début 2016, poussant ainsi de nombreuses entreprises à investir des enjeux de santé qui leur étaient jusqu’ici étrangers. Quelque 56 % des dirigeants estiment en tout cas que l’ANI a “amélioré la prise de conscience des entreprises sur l’importance des enjeux de santé”

La santé facteur d’efficacité managériale

Cette progression s’explique probablement aussi par le sentiment de plus en plus partagé qu’agir en faveur de la santé et du bien-être professionnel des salariés a un impact positif en termes de mana­gement. L’immense majorité des dirigeants considèrent que ces ac­tions ont une influence importante sur le climat de confiance (85 %), l’ambiance de travail (82 %), l’attachement des salariés à l’entreprise (78 %) et la motivation des salariés (76 %). Ces convictions sont par­tagées par les salariés, quoique dans des proportions moindres. Ils sont ainsi 67 % à penser que ces actions ont une influence impor­tante sur leur motivation et 59 % à considérer qu’elles renforcent leur attachement à leur entreprise.

La santé des salariés, facteur de performance économique

Très logiquement, les dirigeants ont également la conviction que les initiatives prises en faveur de la santé de leurs salariés sont égale­ment bénéfiques à la performance économique de l’entreprise. Pas moins de 82 % des dirigeants considèrent aujourd’hui que les actions de santé ont un impact sur la productivité (contre 74 % 2014). De même, 76 % qu’elles ont un impact sur la situation économique de l’entreprise. Ils n’étaient que 68 % à le penser, il y a trois ans. Ici encore, les salariés se montrent positifs mais plus circonspects que leurs dirigeants : 66 % estiment que ces actions ont un impact impor­tant sur la productivité.

Des efforts inégalement perçus par les dirigeants et les salariés

En revanche, les efforts accomplis par les entreprises en matière de santé sont inégalement perçus par les dirigeants et les salariés. Tandis que 85 % des dirigeants affirment que “globalement, leur entreprise est un lieu où des actions sont menées pour la santé des salariés”, seuls 35 % des salariés sont de cet avis. Toutefois, ils sont loin de consi­dérer que la santé au travail soit du seul ressort de l’employeur. En effet, parmi les acteurs concernés ils citent en premier les services de santé au travail (40 %) devant la direction générale (39 %) et les salariés eux-mêmes (30 %). Les salariés affirment ainsi une vision volontiers collaborative des actions en faveur de leur santé.

Des priorités communes aux dirigeants et aux salariés

Parmi les mesures à mettre en œuvre priori­tairement, les dirigeants citent à 36 % la préven­tion du burn-out, la lutte contre le stress au travail et la meilleure pré­vention des risques professionnels. Suivent l’amélioration des espaces et des conditions matérielles de travail (34 %) et la promotion d’un management davantage à l’écoute des enjeux de santé des salariés. Cette hiérarchisation se retrouve en grande partie chez les salariés qui, pour leur part, placent en tête de leurs préoccupations : la pré­vention du burn-out (62 %), la lutte contre le stress au travail (58 %), l’amélioration des espaces et des conditions matérielles de travail (56 %) et la meilleure prévention des risques professionnels (51 %).

Plébiscite des actions relevant clairement de la prévention des risques professionnels

Les priorités des dirigeants et des salariés en matière de santé re­lèvent toutes de la prévention des risques professionnels, avec une préoccupation croissante pour les risques psychiques : stress, burn-out, etc. De façon très significative, les salariés ne placent qu’en sep­tième position le fait de pouvoir disposer d’une meilleure complé­mentaire santé. Selon eux, une entreprise soucieuse de promouvoir la santé de ses salariés doit avant tout se concentrer sur la préven­tion des risques professionnels.

Pour aller plus loin : Observatoire Entreprise et Santé Viavoice-Harmonies Mutuelles 2017, consultable sur www.institut-viavoice.com.