Les 10 traits distinctifs des travailleurs sans accidents

Depuis toujours, la sensibilisation aux risques professionnels a recouru à des témoignages de travailleurs accidentés avec l’espoir que ces récits incitent à mieux respecter les consignes de sécurité.

C’est un parti pris inverse qu’a pris David L. Walline.

Comme le relate la revue canadienne Prévention au travail, pendant plusieurs années, ce professionnel américain de la prévention des risques a recueilli les témoignages de salariés ayant réussi à se prémunir de tout accident à l’issue de 20, 30 ou 40 ans d’activité professionnelle. De la sorte, il est parvenu à établir que ces salariés se distinguaient par une dizaine de caractéristiques contribuant à les protéger et qu’il conviendrait de promouvoir. Afin de faciliter cette sensibilisation par l’exemplarité, nous vous les présentons ici assortis de brefs commentaires recueillis auprès des intervenants de Point Org Sécurité.

  1. Anticipation et prévention. Ces travailleurs planifient leur travail pour l’exécuter en toute sécurité. Pas question d’improviser !  Ils prennent le temps, y compris celui de vérifier l’état de l’équipement et des machines. Ils ne se pressent pas, même quand d’autres le leur demandent. Certains d’entre eux appellent cela “travailler intelligemment”. Lire la suite

Réforme de la médecine du travail. Priorité à prévention !

Entrée en vigueur au 1er janvier 2017, la réforme de la médecine du travail peut faire l’objet d’une première évaluation.

Selon Le Monde, qui a mené l’enquête auprès des médecins, nombre d’entre eux se montrent satisfaits d’une réforme qui met l’accent sur la prévention à l’échelle de l’entreprise.

Lorsque la réforme avait été présentée, nombre de voix s’étaient élevées pour dénoncer la mise en place d’une “médecine du travail au rabais”. Dans la ligne de mire des contempteurs de la réforme : la disparition de la visite médicale d’embauche au profit d’une simple visite d’information et de prévention et la réduction de la fréquence des visites médicales : tous les cinq ans au lieu de tous les deux ans. Aujourd’hui, cette mesure rendue nécessaire par la constante réduction du nombre de médecins du travail recueille pourtant l’assentiment de nombreux acteurs.

Pas de nostalgie des “visites à la chaîne” Lire la suite

Évaluation des expositions professionnelles : un levier pour la prévention

Il ne peut y avoir de prévention efficace des risques sans une évaluation préalable de ceux-ci.

C’est ce que rappelle, exemples à l’appui, un récent Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) consacré aux expositions professionnelles. En effet, comme l’écrivent Mounia El Yamani (Santé publique France) & Gérard Lasfargues (Anses), “des données collectées régulièrement et de manière structurée permettent la production de divers indicateurs utiles pour guider et prioriser les actions de prévention”. Décrite ici dans le cadre des politiques de santé publique, cette logique prévaut bien sûr pour les politiques de prévention des risques en entreprise.

Elle souligne ainsi que le document unique d’évaluation des risques représente bien un outil opérationnel permettant de mieux cibler les actions de prévention et de rendre les investissements consentis plus efficaces. Pour aller plus loin : Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n° 12-13, 22 mai 2018, consultable sur : www.santepubliquefrance.fr

Maladie de Lyme et travail : comment se protéger ?

La fréquence de la maladie de Lyme a presque été multipliée par 10 en 10 ans, avec 55.000 nouveaux cas recensés en 2016

D’après les données de Santé publique France, la fréquence de la maladie de Lyme a presque été multipliée par 10 en 10 ans, avec 55.000 nouveaux cas recensés en 2016, justifiant une mobilisation croissante des pouvoirs publics pour prévenir cette maladie transmise à l’homme par les morsures de tiques infectées par la bactérie Borrelia.

Sensibiliser les professionnels qui travaillent dans la nature

Une récente brochure de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) vise ainsi à sensibiliser les professionnels qui travaillent dans la nature (bûcherons, sylviculteurs, gardes forestiers, gardes-chasses, jardiniers, paysagistes, éleveurs…) tout en soulignant que toute personne pratiquant, même ponctuellement une activité en forêt est concernée. Une initiative d’autant plus bienvenue que des gestes simples suffisent à éviter de contracter cette maladie aux effets potentiellement très incapacitants : atteinte des nerfs, paralysie faciale, douleurs articulaires, etc.

Prévention et traitement précoce

Les recommandations formulées consistent à limiter le risque de piqûre, le risque d’infection en cas de piqûre et à accélérer le démarrage d’un traitement en cas d’infection. Elles peuvent se résumer ainsi :

➤ portez des vêtements couvrants, utilisez des répulsifs ;

➤inspectez-vous au retour ; Lire la suite

Évaluation des expositions professionnelles : un levier pour la prévention

Il ne peut y avoir de prévention efficace des risques sans une évaluation préalable de ceux-ci.

C’est ce que rappelle, exemples à l’appui, un récent Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) consacré aux expositions professionnelles. En effet, comme l’écrivent Mounia El Yamani (Santé publique France) & Gérard Lasfargues (Anses), “des données collectées régulièrement et de manière structurée permettent la production de divers indicateurs utiles pour guider et prioriser les actions de prévention”. Décrite ici dans le cadre des politiques de santé publique, cette logique prévaut bien sûr pour les politiques de prévention des risques en entreprise.

Elle souligne ainsi que le document unique d’évaluation des risques représente bien un outil opérationnel permettant de mieux cibler les actions de prévention et de rendre les investissements consentis plus efficaces. Pour aller plus loin : Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n° 12-13, 22 mai 2018, consultable sur : www.santepubliquefrance.fr